Le plus dur, c'est de s'y mettre !

Publié le par Charlotte Boyer

La peur de la page blanche, voilà ce qui fait peur à tous les écrivains. Je n'y échappe pas ! J'ajoute à ça la peur très simple d'écrire une histoire minable et de ne plus faire que ça ! Pourtant, hier, je me suis lancé, presque sans réfléchir dans ma petite série (dont il me tarde de tout vous dire !) et j'ai achevé la première partie, celle qui vous sera révélée la première semaine de septembre ! J'ai écris comme ça, comme ça venait. Je me sentais quitté par des mots, des phrases, des scènes. Un vrai bonheur qui ,en fait, est épuisant ! Je me souviens quand, à 14 ans, j'écrivais mes premiers poèmes. Après chacun de mes petits textes, je me sentais vidée et épuisée. Fière aussi, il faut bien le dire. Aujourd'hui, j'arrive à poursuivre l'écriture (ce qui m'a mené de la poésie aux nouvelles et peut-être un jour de la nouvelle au roman et du roman à la saga !) mais je me sens toujours aussi fatiguée. Étrange sensation ! Il faut dire que l'écriture (au moment où je le fais je veux dire) est la seule chose qui me "prend" tout entière ! Je n'ai mal nul part, ne pense et ne voit rien d'autre !


Enfin, écrire sur ce blog est pour moi l'occasion de repousser l'écriture de la partie deux. Grosse erreur ! Je dois m'y remettre immediatement. Le plus dur, c'est de s'y mettre... chaque jour !

Commenter cet article

aldep.over-blog.fr 11/07/2010 16:27



Oui ela commence toujours par la page blanche. Mais il suffit dy coucher quelques mots et le reste suit. C'est ce que je fais toujours



Charlotte Boyer 11/07/2010 19:00



C'est vrai qu'en ce "forçant" à écrire, ça vient toujours !



Terhi Schram 10/07/2010 09:50



Mais j'aime beaucoup ce que tu fais et, depuis le temps que je tiens mon blog, je sais que les visites ne tombent pas du ciel, et idem pour décrocher les lecteurs quand on est en auto-édition.


Et je ne m'en fais pas pour ton ego mdr



Charlotte Boyer 10/07/2010 12:19



Tu es trop gentille !



Terhi Schram 09/07/2010 19:04



Non non non ! Ce n'est pas une étrange solution. Moi aussi, après l'écriture, je suis épuisée. Mais quand j'écris, je n'y suis plus pour personne ! Surtout avec trois bouquins en cours. En ce
moment, je ne m'arrête pas et, le plus dur, c'est bien de s'y mettre car, quand je commence, je sais qu'il m'est très difficile de stopper !


Allez, courage à toi, prends ton pied avec tes personnages. J'ai entendu parler de "Blake et Mortimer". Je ne suis pas fan, mais c'est un duo qui marche. Sois patiente, profite, éclate-toi,
laisse opérer la magie des mots, fais-toi plaisir, amuse-nous, surprends-nous aussi. Ecrire une enquête n'est pas une mince affaire, surtout quand il s'agit d'y mettre un brin d'humour décalé.


Tu sais, j'ai hâte d'être en Septembre pour deux choses : Indochine à Lille, et découvrir enfin ta série :)


Kisses tout plein, et happy holidays !!



Charlotte Boyer 09/07/2010 23:13



Merci beaucoup Aude pour ce message qui me redonne l'énergie nécessaire pour avancer encore. Dis donc, si tu as hâte pour Indo ET pour ma série, mon égo vient de
grimper en flêche. Pas d'inquiétude, c'est provisoire