Ecrivain : un métier qui fait rêver ?

Publié le par Charlotte Boyer

Quand je vois que le Festival de Cannes fait rêver de moins en moins de gens, je me dis qu'être écrivain ne doit pas exciter grand monde. Astronaute, pompier, acteur, mannequin mais écrivain, je ne sais pas...

La reconnaissance se fait tard et discrète, les soirées mondaines plus ennuyeuses que les autres et surtout, on demande aux "clients" d'être actifs et non de rester assis à regarder l'histoire leur passer sous le nez, les images défiler.

 

Depuis que je me suis lancé dans la publication, j'entends beaucoup parler des mauvais côtés et si l'on fait des recherches sur le cinéma, on ne voit que des personnes ordinaires magnifiquement habillées, devenant des personnes extraordinaire, se rappelant de l'époque où elles galéraient mais la récompense est si grande, que se remémorer tout ça se fait avec plaisir.

 

L'écrivain qui a réussit reste là, immobile, l'air songeur mais ce n'est pas sûr, habillé et distingué, semblant tenir  droit grâce à un tuteur tel une plante rare. L'écrivain qui n'est pas lu reste là, immobile, l'air songeur mais ce n'est pas sûr, habillé et distingué, semblant tenir droit grâce à un tuteur tel une plante rare et fanée.

 

Finalement, c'est peut-être ça le problème : la réussite de l'écrivain ne se dit pas. Passer pour un intellectuel ne nous dit pas grand chose de peur de se faire rabattre le clapet par un être supérieur en pensées... Il n'y a aucune différence visible entre l'écrivain connu et l'écrivain inconnu lorsqu'ils se contentent d'écrire, de faire lire.

 

Et si les écrivains encore inconnus étaient plus optimistes, plus confiants ? Le métier attirerait sans doute plus... Faisons croire aux paillettes pour qu'elles arrivent jusqu'à nous !

Commenter cet article

Azalaïs 26/05/2010 15:33



tu as raison, les intellos c'est très mal vu par une grande partie de la population. ma petite fille qui a 13 ans écrit depuis qu'elle est toute petite et elle s'est souvent retrouvée très isolée
avec même des mences du genre: toi l'intello, va falloir te calmer!" et moi, depuis que j'ai publié ce recueil de poèmes, il y a des gens qui m'évitent ou me lancent des piques comme" oh! mais
moi, je ne me prends pas pour une artiste!!"


courage, si tu aimes écrire, il faut t'accrocher! moi, je suis un peu vieille pour ça , j'écris juste parc que c'est un besoin



Charlotte Boyer 26/05/2010 23:43



Les gens sont jaloux très rapidement dès que quelqu'un semble s'épanouir un brin ! Il n'y a pas d'âge pour se faire plaisir comme il n'y a pas d'âge pour être
frustré ! Autant faire ce que l'on aime et laisser les autres parler. Malheureusement, à 13 ans, le regard des autres, leurs paroles peuvent être très difficiles à vivre.  J'espère qu'elle
tiendra et vous aussi ! Il y a assez de place pour qu'on s'accrorche tous !